Le vierge, le vivace et le bel…

Ce week-end, j’ai participé au salon de la poésie organisé par la Maison de Poésie Rhône-Alpes, de Saint-Martin d’Hères, à côté de Grenoble. Le thème choisi cette année était « la poésie gratte-monde ». Pour donner la parole à la poésie protestataire et combative, de nombreux poètes et acteurs de la vie poétique étaient réunis à l’initiative des animateurs de la Maison de poésie, avec Brigitte Daïan, Pierre Vieuguet, Gilles Vachon, Carlos Laforêt, Laurent et toute la bande… parmi eux : le poète de San Francisco, Jack Hirschman,  Abdelhamid Laghouati, le poète algérien, Yves Gaudin, de Béziers et d’ailleurs, Jacques Fournier et Dan, Dieudonné de Brazzaville, Katia la slameuse russo-française  et beaucoup d’autres…

Dans les marges de cette rencontre, j’ai écrit un poème, à cause de la présence des montagnes, de la poésie de Jaccottet et de la question plus actuelle qu’il n’y paraît du sentiment de la nature dans la poésie contemporaine.

 

Le vierge, le vivace et le bel…

à propos de P. .Jaccottet

 

Fraîche clarté du petit matin,

transparence bleue de l’air au dessus de Grenoble,

le massif de Belledonne en chemise

blanche

et devant, au premier plan,

se mêlant à la charpie de la brume :

la fumée

que répand la cheminée haute et fine

de l’usine de retraitement des ordures ménagères

de Saint-Martin d’Hères.

 

(C’est vrai

nous sommes une espèce salissante…

Mais si demain nous disparaissons,

qui restera

pour goûter

la pureté des montagnes ?)

Une réponse à “Le vierge, le vivace et le bel…”

  1. ardentepatience dit :

    Vos poèmes sont bien beaux.

Laisser un commentaire