Au gui l’an neuf…

Au gui l'an neuf... img_1010_2

– Au Gui l’An neuf, où t’en vas-tu ?
– Je m’en vais par les bois touffus

Couper la fleur sacrée du gui
Mais n’en ai pas trouvée ici.

– Au Gui l’An neuf, où étais-tu ?
– J’étais courir près de la prée

En haut du talus j’ai trouvé
Le vert rameau du gui têtu.

Je me suis levé de bonne heure
et j’ai rapporté ce bouquet

de perles blanches porte-bonheur.
– Pourquoi courir prés et bosquets ?

Ton porte-bonheur est ici.
Je suis ton houx, tu es mon gui.

(in L’Aubépine, cent-un sonnets pour un amour frondeur, éditions Le Préau des collines, 2011).
img_1008_2

Laisser un commentaire