La maison vide

Roger1

La maison vide

i.m. Roger Bordier

La maison du mort est vide maintenant
Le soleil y dort, inutile, doucement,

La lumière d’automne sur les tapis joue
Un rayon s’étonne et caresse ma joue

Des jours et des heures passées rien n’est resté
Les déménageurs en ont tout emporté

Ni photo ni livre, ni mot ni pensée
Ce qu’on a pu vivre, ici, tout est passé

Je vois le jardin en bas par la fenêtre
Un voisin s’en va, à son travail peut-être

Avec son cabas, une femme revient
Lente, à petits pas… La connaissait-il bien ?

La maison déserte attend comptant les heures
Que la porte ouverte accueille un visiteur

Le rosier dehors continue de fleurir
(Le rosier dehors n’a aucun souvenir)

La maison du mort est vide pour l’instant
Un soleil y dort et languide est le temps.

le 1er nov. 2015

Roger2

Laisser un commentaire