(15.08.2018)

Matin bury2

Si tu ne sais plus ce qu’est la poésie
sors dans la campagne à sept heures du matin,
prends ta voiture pour aller au village acheter les croissants,
descends les collines ensommeillées
longe les près
les champs moissonnés barbus et mal rasés
accueille le jour qui se lève
tends l’oreille
aux premiers accords des oiseaux
qui te disent que c’est un jour nouveau…
Sur l’autoradio passe le concerto n°1 de Camille Saint-Saens
pour violoncelle et orchestre
Par la musique
les musiciens tentent d’accéder à la parole
et ils la débordent
(Et c’est par là qu’ils nous touchent)
La partition emporte en elle des rivières de printemps,
des bosquets en lévitation
qui s’envolent, avec autour du cou,
des clochettes de cristal.
Et si tu étends ta main
le monde se met à chanter sous tes doigts
car le monde entier nous accompagne.
Accueille-le
avec son coq importun
avec sa guêpe matinale
avec son soleil boxeur
qui se poste au milieu de ta route
Accueille-le
avec ses nouvelles et ses catastrophes
le pont de l’autoroute à Gènes qui s’effondre
les 40 morts
les enfants qui s’insultent
et se réconcilient
et la télévision
qui bourdonne comme un essaim de frelons
Accueille le monde
avec ses ports lointains ,
avec ses usines, ses grues,
sa plage encore déserte
ses amours en partance
Accueille-le, ramasse ses décombres,
berce ses blessures
et offre-lui
des vacances à la mer,
un collier à fleurs,
un trottoir de sourires,
un canon à bulles, perles irisées,
ou à baisers…
À nouveau, tu le sais,
la poésie est le chant du monde
et son enchantement.

matin bury1

Une réponse à “(15.08.2018)”

  1. jeanne Marie Marie dit :

    gracias amigo poeta « …. Et si tu étends ta main
    le monde se met à chanter sous tes doigts
    car le monde entier nous accompagne.
    Accueille-le….À nouveau, tu le sais,
    la poésie est le chant du monde
    et son enchantement. »

Laisser un commentaire