La femme couchée

IMG_1094

 

Les aubes de la Terre ont du pain sur la planche
Pour laver à grande eau les linges de la nuit

Le jour est tôt levé et sa lumière est franche
Frais lavé de la mer je m’approche du lit

Tu bouges doucement en tournant sur tes hanches
Leur axe est toujours là, au centre de ma vie

Tu soulèves à demi le drap de toile blanche
Ton rêve se disperse et le sommeil te fuit

Jamais je ne pourrai me raccrocher aux branches
Et rattraper grand singe les songes de tes nuits

Qu’importe, la mémoire de la nuit toujours flanche
Ce qui compte à présent pour nous deux c’est la vie

Et si sur son orbite notre courbe penche
Cette course au soleil n’est pas encor finie

La nuit peut bien attendre encor pour sa revanche
Elle saura assez tôt effacer nos envies

Bientôt tu me rejoins près de la nappe blanche
Où t’attend dans un bol un reste de la nuit

Plus loin une colline s’affale en avalanche
C’est la « Femme couchée » dans la mer endormie

Esclave tombée à terre ployant sous la palanche
Ou reine à son rivage, au repos, assoupie ?

Cette femme couchée est verte, noire ou blanche
La verrons-nous demain se lever dans un cri

S’étirer au soleil et monter sur les planches
Pour danser de la joie des êtres affranchis ?

Ah ! L’aube de la Terre a du pain sur la planche
Pour laver à grande eau les linges de nos nuits…

 (mai 2023 – Sainte Luce-Aubervilliers)

IMG_1153

4 Réponses à “La femme couchée”

  1. Alain dit :

    Merci pour l’envoi Francis ! C’est un poème très réussi.

  2. Kiko dit :

    Franchement très touchant, très beau, ça soulève de l’émotion & tout en profondeur. Un grand bravo pour ce texte d’Amour entier & de Nature. Merci

  3. sophie geoffroy-dechaume dit :

    C’est magnifique Francis…

  4. Saad dit :

    C’est un poème très touchant et très émouvant.

Laisser un commentaire