Archive de la catégorie ‘actualités’

İlhan Sami Çomak

Dimanche 18 septembre 2022

Ilhan poète kurde2

Ilhan Sami Çomak est un poète kurde emprisonné en Turquie depuis vingt-huit ans. Il a été arrêté en 1994, avec d’autres membres du PKK (le Parti des Travailleurs du Kurdistan). Dans un premier temps, il a été accusé d’avoir tenté de mettre le feu à une forêt et des aveux lui ont été arrachés au bout de dix-neuf jours de torture. Aveux sur lesquels il est revenu ensuite. Un tribunal militaire l’a alors condamné à mort, puis à la prison à vie. En 2007, la  Cour Européenne des Droits de l’Homme, jugeant le procès irrégulier, a demandé sa révision.  En 2016, un tribunal civil l’a rejugé. L’accusation d’incendie a été abandonnée mais le tribunal a confirmé la peine de 36 ans de prison pour « séparatisme ». Il est aujourd’hui l’un des plus anciens prisonniers politiques de Turquie et, sans doute, l’un des plus anciens au monde.
Né en 1973 à Karliova, dans la province de Bingöl, il a passé son enfance à la campagne, au milieu des chèvres et des chevaux, et son imagination a été nourrie de ce contact avec la nature et des histoires que sa mère lui contait le soir, dans leur maison de torchis. Il a ensuite étudié la géographie à l’Université d’Istanbul et c’est pendant ses études qu’il a été arrêté lors d’une rafle dans un café. En prison, il est devenu poète et a publié neuf recueils. Il a reçu plusieurs prix de poésie dont le prestigieux prix Sennur Sezer en mars 2022.  Son dernier recueil, « Hayattahiz Nihayet », (« Nous sommes toujours vivants »), a reçu le prix  Metin Altiok, du nom d’un de ses anciens professeurs qui faisait partie des intellectuels, notamment alévis, tués lors de l’incendie  criminel de l’hôtel à Sivas en 1993.
Un recueil de ses poèmes, « Separated from the Sun »,  traduit par Caroline Stockford et un collectif de traducteurs, vient de paraître en Angleterre, aux éditions Smockestack Books que dirige le poète Andy Croft. J’ai traduit les poèmes qui suivent de l’anglais, pour commencer à le faire connaître. En attendant que soit faite une traduction à partir de la langue originale. (Il écrit en turc et en kurde).

Ilhan poète kurde1

Liberté

Sortez-moi d’ici, il y a tant de choses que j’ai vues
J’ai vu si profondément, si loin. Longtemps, longtemps j’ai été attristé
Le temps est venu  pour les torrents de montagne, le vent
qui souffle sur les récoltes, pour le…

Temps de remuer sans fin mes jambes
se dirigeant vers l’horizon quand le jour ouvre grand sa porte
Comprenez-moi par mes racines, pas par mes branches
par mes rêves, pas par la vie que j’ai menée
Peut-être que le miroir est en morceaux
Connaissez-moi par mon rire, pas par ce que le miroir raconte.

Il y a si longtemps que ma rue a été peuplée d’absence
et par l’ascension silencieuse du lierre

Son hirondelle : sombre, lente et toujours à mi-chemin.
Emportez-moi loin de cette stagnation
J’ai tant regardé l’abîme, longtemps, longtemps, je l’ai dévisagé
Ce vide n’est que répétition.

Il est temps pour toi de dire que tu es un oiseau mouillé par la pluie
Il est temps de respirer l’odeur de la terre, de s’en emplir, de grandir avec elle
Connaissez-moi par mon amour, pas par ma solitude.
Comprenez-moi pour ce après quoi je languis, pas pour ce que j’ai perdu
Comprenez-moi par mon enfance, pas par la version présente de ce que je suis.

Je viens pour vous chercher.

*

ilhansamicomak

 

La vie ne ment pas

pour Michael Baron

Je me tiens entre la lune et la marée
entre le murmure et le cri.
Quand j’étais un enfant, je suivais encore le scénario de l’enfance,
alors que j’étais l’otage du sourire de grenade de ma mère,
quand je regardais par la fenêtre la lumière du jardin,
observant la philosophie pratique des mains qui plantent l’arbre fruitier.
A cette époque, quand nous entendions encore le bruit des grenouilles,
quand des femmes passaient à travers ma vie, quand le lac était bleu
quand je connaissais la valeur du bleu. J’ai compris
que la peine existait, aussi, au seuil de la vie.

Le jour de l’existence le vent s’est levé pour me faire rencontrer
la résistance, comme la rosée sur l’herbe a rencontré mes pieds
Des feux mûrs ont grandi dans mon corps, et des colombes -
mes sentiments ont été touchés par le bruissement de leurs ailes.
Dans le comportement des sources, j’entends le son du grand ménage
j’entends le pas des plaines et des montagnes et la loi
de la fonte des neiges. Dans mon souvenir, la terre devient humide,
les fruits mûrissent, le poids habituel des pierres se fait léger,
et se met à flotter et trembler comme il veut.
A la place où je suis, entre trouble et bien-être
j’entends le chant de bonheur du monde.
Quand fleurit la bonne volonté, je dis : la Vie ne ment pas !
Elle ne ment pas !

*

Ne parlons pas

Ne parlons pas tant, dis-je.
Rions, sautons les barrières de la méfiance.
Le vent souffle, le vent souffle.

Murmurons à l’oreille de chacun,
dans vos propres oreilles. Dans le lieu secret des rivières,
dans l’ombre tendre des buissons, à la brique d’argile

quand toute la ville dort, parlons un peu dans ce coin
que la lumière n’atteint pas. Il y a une croyance partagée entre nous
et la sécheresse d’une bouche assoiffée.

Asseyons-nous et versons les images
que contiennent nos têtes sur la surface de l’eau.
Aimons l’oeillet quand il dit « ma confession est rouge ».

Les faucons volent jusqu’au sommet le plus solitaire au monde.
Ouvrons nos fenêtres à la beauté fluide des papillons.
Avec l’art de sentir, écoutons la ruée du coeur.

Je chanterai des chants et jetterai des pierres, comme autrefois,
je chevaucherai des chevaux et réciterai des poèmes.

Ici, il y a une profondeur et ici, un feu.
Ici, il y  a un mot, non dit !
Laissons roucouler les colombes, ne parlons pas.

*

Nous sommes après vous

Nous sommes au temps des feuilles, dans le soir du sel répandu
Le tourbillon vire à sa fin, les troubles se multiplient
la chaleur des pierres voyage du passé vers le futur
Nous sommes à la recherche de sourires qui infuseraient la lumière
avec des fruits secs et des noix dans nos poches
Le craquement des branches ouvre la fente du ciel
Peut-être ici à nos pieds
avec notre regard métallique qui scrute le marbre
et l’esprit d’un cheval qui descend vers l’eau
nous cherchons le vent.

*

Ilhan poète kurde3
Je me suis levé et j’ai marché

Je me suis levé et j’ai marché
J’ai redressé ma tête vers le ciel
et tiré son immensité vacante vers moi.

Ses mains dont coule le bleu raccourcissent mon pas
et j’ai dérobé la précipitation et le froid des nuages.

J’étais seul.

Je me suis vu comme une averse de pluie
qui se mêle aux vents et à leur grondement
en queue de poisson.
Une pluie colorée de la respiration
des horizons qui ouvre les fleurs ensoleillées.
Je me suis souvenu de la façon dont tombe la neige
du rapport entre l’ombre et l’existence
et de quelques autres choses.
Le point du jour a succédé à ces longues nuits
J’ai essayé de me réveiller pour me rappeler les jours d’hier
et d’après.
Je me suis levé et j’ai marché.
*

Ashraf Fayad

Mercredi 31 août 2022

Ashraf peinture

Un poète est sorti de prison
une prison où jamais il n’aurait dû entrer
Un poète est sorti de prison
une prison où il est resté enfermé
huit longues années lunaires
pour expier un crime imaginaire,
le crime d’apostasie,
car il avait refuse
d’abjurer la réalité.
Un poète est resté en prison
pour avoir dit que le roi est nu
pour avoir eu le courage
véritable d’un homme.
Un homme est resté en prison pour avoir inscrit
avec ses mots et ses images
dans la chair du poème
cette vérité
que le seul vrai dieu pour les émirs
et leurs amis
est l’or
particulièrement l’or
noir.
Alors ils ont inscrit dans sa chair
la marque rouge et noire
de huit cents coups de fouet.
Et pendant tout ce temps nous avons tenté
comme nous avons pu
de ne pas l’oublier
de rester à ses côtés.
Si notre action a pu l’aider
que nos journées en soient éclairées.
Mais d’autres hommes et d’autres femmes
restent en prison
qui ne sont pas tous poètes
(tous n’ont pas le talent ni le métier d’écrire)
encore que toutes les femmes
et tous les hommes qui rêvent
et aiment la vérité
sont un peu poètes.
Un poète est sorti de prison
car dans nos veines,
dans les veines des poètes de la Terre
ce n’est pas du pétrole qui coule
ni de l’or
mais du sang
le simple sang rouge
de l’humaine fraternité.

Ashraf-Fayadh-photos1

Une photo d’Ashraf Fayad : sans titre – 2013

 

Le 30/08/2022.

Ode pour une maison en bord de mer

Mardi 19 juillet 2022

maison sciotot

Je dors à bord d’une sapinière
C’est la cabine d’un bateau
L’Alsace d’une sombre forêt
Y passe et glisse sur les eaux
Les fenêtres qui l’éclairent
Ont un sourire nacré d’ormeau
Et le sommeil qui s’y reflète
Est habité par les oiseaux
Qui se couchent sur les mers
En vol vers des cieux plus beaux
Et le miel de matins plus clairs

 

maison banc

 

Parfois la nuit on croit entendre
Une bête furetant dans la chambre
C’est peut-être une taupe, un mulot
Qui fait son nid sous le plancher
Entre le sable et la maison
Il arrive certaines nuits
Et parfois même en plein jour
Qu’on perçoive sur le toit
Quelqu’un qui marche, un battement
d’ailes, peut-être un goéland
Qui fait halte sur nos têtes

maison mouette

 

Notre studio près de la mer
Dans l’appentis bâti de planches
Et dont les murs intérieurs
Sont recouverts de lambris
Ne nous isole pas du monde
On y entend aussi bien
La rumeur de la mer
Que notre respiration
Ou le passage des bêtes.
Ouverte sur la nature
Elle se ferme et nous protège

maison mer

 

A l’image des paupières
Qui protègent l’oeil
Quand elles se referment
Et le gardent ouvert
Sur le monde et toute chose
Elle est ouverte et close
Ce studio que nous aimons
Est un lieu pour s’aimer
Et nous nous y aimons
Entre le jour et la nuit
Entre la terre et la mer.

maison mer3

 

Elle est sur le pont avant
La cambuse d’un vaisseau
De l’ancienne marine à voile
Peut-être une caravelle
Peuplée par nous de livres
De poèmes muets
Et nous y voyageons
Nous voguons sans bouger
Entre réel et songe
Entre la terre et le ciel
Entre tes bras et les miens.

Sciotot, le 10/07/2021

Pour la paix quotidienne

Lundi 11 juillet 2022

                                        Pigeons fenêtre1

                                                           À Patricia           

Nous qui aimons tant le changement
Et trouvons parfois la vie trop quotidienne
Nous avons bien besoin pourtant de la routine
Du soleil qui se lève chaque matin

Et nous fait de l’œil par la croisée de la fenêtre
Du café qui murmure en passant au réveil
De l’odeur du pain frais
De ton baiser chaque jour renouvelé

Et même de la visite du pigeon chapardeur
Qui vient derrière la vitre picorer quelques miettes…
Et que la mort, la maladie, la guerre

Surgissant, détruisent cette routine
Et le monde en couleurs où nous vivions
Soudain se change en noir et blanc.

 

Pigeons fenêtre2
Le 15/IV/2022

Journal de bord en Martinique

Jeudi 2 juin 2022

À l’occasion du premier festival international de poésie organisé par Balisaille
en Martinique, auquel j’ai participé (comme poète)
avec Patricia (membre du jury des deux prix de poésie en créole et en français),
j’ai écrit ces quelques poèmes.

Ce festival se tenait du 26 au 28 mai 2022
au Saint-Esprit en Martinique.
Nous étions logés à Sainte Luce, près de la mer.

Une belle première pour ce festival de Balisaille
à qui nous ne pouvons que souhaiter longue vie.

Merci à Faubert, Yaïssa et leur équipe qui ont permis à ce festival d’exister.

Photographie : Patricia

 

Carte postale

 

Atterrissage

Toute l’histoire humaine
n’est-elle que l’histoire
d’un lent suicide ?

Avons-nous eu tort d’espérer ?
Avons-nous tort d’espérer encore ?

Ce que la main gauche fait la droite le défait

Nous pensions avoir progressé et être capables
de régler nos problèmes autrement que par la guerre
Nous pensions pouvoir éviter la troisième
et le suicide de l’humanité

N’avons-nous donc rien appris de l’histoire ?

Le vol dure depuis huit heures
et ma réflexion s’embrume dans une rêverie
sombrement nuageuse
qui fait du surplace

dans l'avion

Nous survolons la Mer des Sargasses
ainsi baptisée par les navigateurs portugais
à cause de ses algues
La mer des Sargasses
autrefois nommée sur les cartes
région des algues flottantes
comme nos questions

Pas loin du triangle des Bermudes
un gouffre aussi profond
au moins que nos questions

Quand nous approchons de l’aéroport
les nuages qui passent sous le ventre de la carlingue
se déchirent
et font peu à peu place à la mer
et à la terre
qui se révèlent à nos yeux

Il est temps d’atterrir.

 

 

Sainte-Luce

Les barques se balancent
dans la nuit près du rivage,
des enseignes dans le noir, des publicités,
des cabanons et des restaurants de plage

 

route bar

 

Les barques doucement se bercent
dans le balan des vagues
et nous voici de l’autre côté de la Terre
de l’autre côté de la mer
où tout est changé
les arbres, les hommes, les femmes, les oiseaux,
qu’on entend dans le noir
(et qui ne sont peut-être pas des oiseaux)

Et nous aussi nous sommes bercés
dans la nuit comme des barques
attachées près du rivage

Nous mangeons de petites pieuvres nommées ici chatrous
en buvant du jus de goyave
(ou un peu de rhum)

Ici tout est changé
sauf la couleur des humains
(blancs ou noirs comme chez nous
plus souvent noirs que blancs)

Tout est changé
sauf leurs problèmes, leurs soucis
(les prix par exemple qui ne cessent de monter)
pendant que les barques se balancent, indifférentes
dans la nuit qui nous berce

Nous avons pris un bain de minuit
à six heures du soir
la mer en nage se lave de la sueur du jour
Mer côte
Tout est changé
sauf cette aptitude
ici comme ailleurs
qu’ont les hommes et les femmes
à s’aimer

Ici tout change et rien ne change

Tous les peuples sont doués pour le bonheur

Il suffirait de les laisser faire…

 

cri,poésie

 

Le roi de la mangrove

Pour rejoindre la plage
il faut emprunter un ponton de bois
qui traverse la mangrove

Un panneau prévient : « Zone protégée -
Zone de reproduction des crabes – pêche interdite »

 

Crabe

 

De part et d’autre, dans un fouillis végétal de branches mortes et de palmes cassées
poussent des palétuviers rouges
mangles rhizophores aux racines en arceaux qui jaillissent du tronc
et plongent pour s’alimenter dans l’eau saumâtre

 

Arbre racinbe

 

Un lézard vert, un zandoli, traverse le ponton
Une tourterelle s’envole
Un cri s’éteint

 

tourterelle

 

La forêt qui paraît à l’arrêt avance lentement
en s’appuyant sur ses déambulateurs

Ainsi, appareillés d’échasses
ces arbres sempervirents ont des allures de vieillards

Il ne faut pas s’en faire pour eux
l’espèce n’est pas trop menacée

Nous protégeons la nature
mais c’est elle qui nous enterrera.

 

racine
 

Rencontre avec un jardinier

Pour Jean-Pierre

L’homme est sous le cocotier
armé d’une hachette
Il s’en prend à une noix de coco
innocente
Puis nous en offre un morceau

 

jardinier

 

Professeur de mathématiques à la retraite
il entretient le jardin de l’hôtel
pour arrondir ses fins de mois

C’est un passionné de botanique et de philosophie

Comme nous parlons du festival de poésie
Il nous récite quelques vers

Puis nous passons à Kant
et son Projet de paix perpétuelle

Il serait temps que l’humanité fasse preuve de raison
« Mais il n’y a que quelques milliers d’années –
fait remarquer le jardinier –
que la raison fréquente le cerveau des hommes… »

Pas de raison, donc, de désespérer
si j’en crois la leçon du jardinier
que nous laissons à son jardin
qui est aussi un peu le nôtre.

 

jardin

 


Diagnostic

Le soleil a posé son chapeau de paille
au sommet de la colline
près de la maison créole
au milieu des cocotiers,
des orangers amers
des avocatiers

La table est mise et le jour nous accueille
avec le sourire
coq poules
Un coq
visiblement perturbé
(est-ce qu’il sait où il habite ?)
passe sa journée à chanter
en surveillant ses poules
au cou pelé

La France est là
avec ses fonctionnaires
ses services publics et sa police
Elle veille au grain
de ses intérêts

L’économie est toujours
entre les mains des békés
Et la presse
(comme en métropole)
largement sous contrôle

Marigot
de sombre pâleur

Les peuples sont tenus
au bord de la mangeoire
Mais les peuples ont aussi
des ailes pour voler

Est-ce important si ici
le merle endémique ne chante pas ?
(Il y doit y avoir d’autres oiseaux chanteurs)

Oiseau
 

Les crabes

Ce matin j’ai vu les crabes
noirs et rouges
à l’armature délicate
remonter de la plage
pour rejoindre la mangrove

les crabes craintifs
qui se cachent
dès que j’approche

(Les crabes n’aiment pas
qu’on leur tire le portrait)

Entre eux et nous
le dialogue
n’est pas pour demain.

crabes
 

Contradiction
(d’une féministe universitaire)

Elle proclame fièrement que la poésie
est la parole du corps
mais elle critique le fait
que la littérature
soit genrée.

 

 

Lettre au colibri
                                    pour Nicole Cage

Cher ami Colibri,
Vous qui êtes
l’image même de la légèreté
c’est avec beaucoup de légèreté
qu’on vous accuserait d’inconstance

Vous passez le plus clair de votre temps
à butiner le bougainvillier
ou à venir boire le suc
dans la bouche grande ouverte
des fleurs jaunes de l’alamanda

Alamanda
Vous vous penchez
jusqu’au fond de leur gosier
comme un stomatologue
mais ne leur faites pas de mal
Vous n’arrachez rien, vous ne redressez rien
vous vous contentez de prélever
votre toute petite part

Avec vos ailes
qui peuvent battre jusqu’à 200 fois par seconde
vous pouvez faire du surplace
tomber en piqué
foncer à cent à l’heure
et même voler à reculons

Poussé par la nécessité
vous visitez en moyenne
mille fleurs par jour
Vous avez tout le temps besoin de manger
car vous vous dépensez beaucoup
Vous n’arrêtez pas

Et à chaque fleur
se dépose sur votre tête
un peu de pollen
que vous portez ailleurs

Je ne sais pas si votre existence sur la Terre
est plus contingente ou nécessaire que la nôtre
mais vous avez votre utilité

En fait
en dépit de votre élégance
de votre raffinement
et de votre air
de ne pas y toucher
vous seriez plutôt de la race des travailleurs
comme les abeilles ouvrières de nos contrées
Oiseau-mouche pollinisateur
vous contribuez à la préservation
de la biodiversité

colibri2
Non, Colibri
vous n’êtes en rien responsable
du doudouisme,
cette image de carte postale
que les médias et la publicité pour agences de voyage
donnent des Caraïbes

Vous échappez d’ailleurs le plus souvent
à l’objectif subjectif du touriste
car vous êtes trop petit
et trop rapide
pour eux

Colibri
Mais vous nous émerveillez
Vous faites partie du paysage
et de sa beauté

Et la délicate signature
que vous apposez dans n’importe quel massif
au bas de n’importe quel buisson
confère à cette île
ses aériennes
lettres de noblesse.

Nicole

Nicole Cage au festival de poésie international Balisaille.

 

 

Civilisation automobile

Ici les routes ne cessent de tourner
de dévaler les collines
de descendre les mornes
de contourner les ravines

Voies rapides
Bretelles d’autoroute
Stations services
Garages et locations

route
La voiture est partout
jusque dans ce virage du Lamentin
carcasses désossées
que nul ne va réparer
envahies par la verte exubérance
du cannibalisme végétal des Tropiques

Civilisation automobile :
nous laisserons des ruines
que nul ne viendra visiter.

Arbre voyageur

 

Le concert des poètes

Que chacun sonne comme il l’entend
Avec sa caisse claire, son tam-tam
Avec sa flûte ou sa mandore
Que chacun danse comme il le sent
Le zouk, la samba, le menuet
Que chacun chante comme il lui plaît
Avec les mots de son pays
Pays de rêve ou emporté
Pays pécheur ou empêché
Son port d’attache et sa dérade
Sa déraison, sa désirade
Mots de français ou de créole
Bois de campêche, jus de bagasse
Ou mots de pêche et de pommier
Mots de goyave ou de coco
Mots vivaneaux ou bien d’ageasse
Mots de cyclone ou d’alizés
Mots de tendresse ou de colère
L’important est de pousser droit
Sur son empan de sol
Et sous la paume du soleil
Pareil à ce palmier royal
L’important est de s’ouvrir
Palmes au vent
Comme l’arbre du voyageur
Souverain et fraternel
La mer est assez grande
Pour embrasser toute la Terre
Et Yemanja sortie des eaux
Prend par la main Poséidon
Pour le tirer sur le sable
Un peu épuisé mais content
Car si la mer est très profonde
Notre soleil peut en renaître.

Palmier royal
 

Dans la maison de Césaire

Pour Faubert Bolivar

Où les palmes se bercent au sommet du morne
dans la maison de Césaire où les palmes s’endorment

maison Césaire
Dans la maison paisible du poète volcanique
qui a laissé là quelques photos, des meubles modestes
et parmi les papiers, la lettre de Thorez
(une lettre bien sèche)

lettre thorez

 

Dans la maison de Césaire bâtie sur la colline au-dessus de la ville
(«  Il pouvait voir la mer avant ces constructions… »)

Rendant hommage à Jacques Stephen Alexis
nous évoquons le siècle des poètes communistes
Maïakovski, Brecht, Aragon, Eluard, Neruda
César Vallejo, Nazim Hikmet, Yannis Ritsos,
Aï Qing, Roque Dalton, Mahmoud Darwich,
et tant d’autres, tant d’autres… dont Césaire

Ceux qui furent portés par cet espoir
Ceux qui y sont allés ceux qui en sont revenus

 

Avec lyonel

Avec l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot, suite à la projection du film d’Arnold Antonin sur Jacques Stephen Alexis.

 

« On sourira de nous d’avoir aimé la flamme
Au point d’en devenir nous-mêmes l’aliment »
(C’est Aragon qui parle dans « La Nuit de Moscou »)

Et tous – loin de là – n’étaient pas papillons attirés par le feu
(encore moins par ce qui brille)
la plupart eurent de bonnes raisons :
l’idéal fraternel et puis les trahisons

Jacques Stephen ne fut pas un papillon brûlé par la flamme
Débarqué en Haïti, il fut pris, torturé et tué

Dans la maison de Césaire le poète aimé
où la nuit s’invite sur la véranda
nous parlons de lui et de nous

 

Faubert

Faubert Bolivar, l’organisateur du festival international de poésie de Martinique.

 

Ce soir on ne voit pas d’étoiles
mais ce n’est pas raison de croire
que les étoiles n’existent pas.


(25 – 30 mai 2022)

 

Carte postale2

Les mains sales

Dimanche 6 mars 2022

Ukraine1
                             

                          « Quand les riches se font la guerre,
                              ce sont les pauvres qui meurent. »
                                                           Jean-Paul Sartre

Ceux qui déclenchent les guerres
ne se salissent pas les mains
Ils ne meurent pas dans les tranchées
dans les sables du désert
ou la neige noircie des villes calcinées.

Ceux qui déclenchent les guerres
portent des chemises propres
Ils donnent sans se presser des conférences de presse
et parlent devant un parterre
de fleurs, de jeunes femmes, de reporters…

Ceux qui déclenchent les guerres
ont d’un côté comme de l’autre des amis milliardaires
dont ils font les affaires si nécessaire par la guerre
et c’est pourquoi ils ont des villas somptueuses
aux quatre coins de la Terre.

Ceux qui déclenchent les guerres
et envoient des convois militaires
qui progressent comme processions de chenilles
sur la terre et de lourds tanks dont les chenilles
dérapent dans la boue

Ceux-là ne marchent pas dans la boue.
Ils envoient mourir civils et soldats
dans les rues et les ruines des villes bombardées
d’où les habitants coincés comme des rats s’enfuient
ou résistent debout.

AFP_496796-01-07.jpg

Ceux qui déclenchent les guerres
tout en restant dans leur bureau, s’enlisent dans les ornières.
Ils précipitent les peuples dans la boue, le sang, la merde,
et même quand ils gagnent, ils échouent, se ruinent, perdent et se perdent…
Ceux qui déclenchent les guerres ont toujours les mains sales.

Le 6/03/2022
Ukraine4

Halte au feu

Jeudi 24 février 2022

Chars
On ne veut pas savoir
qui a la plus grosse !
Messieurs,
Rangez votre artillerie !
Ici, sur cette Terre
il y a des enfants.

Cease Fire

Who cares who’s got
the biggest one?
Gentlemen, would you please
put your guns away?
There are children
walking this Earth.
(Translation : Alexis Bernaut)

Lettre à des amis chiliens

Mercredi 22 décembre 2021

Voici le poème de Cause commune sur le Chili… curieusement de saison.

Chili manif victoire Boric

 

Lettre à des amis chiliens
à Sergio Ortega

Le Chili
est entré par la fenêtre
avec un foulard grossier de laine autour du cou
avec un visage de cuivre, lumineux et profond
avec des mains d’argile
le Chili
est entré dans notre vie
à l’improviste, presque
comme un jour de printemps
Il avait un regard
très vieux – d’enfant
qui disait : « Maintenant
je porte
des pantalons d’homme ! »
et, dans sa main, il tenait
la joie bleutée d’un verre de lait.

chile se pone pantalones largos

Un jour, le Chili
est entré chez nous
avec ses habits de Pauvre
– celui que depuis toujours
sans le connaître pourtant
nous attendions –
Il s’est assis à table
il a partagé entre tous le pain
de la Dignité
et nous a dit : « Mangez !
ceci nous appartient. »

Un jour, le Chili est entré dans notre vie
et depuis
jamais
il n’en est sorti.
Alors, nous nous sommes tournés
vers l’autre côté du globe
et pour vous
mes amis de l’autre hémisphère
nous avons réappris
notre géographie
Nous avons passé la main
sur la longue boutonnière que fait à la planète
votre cordilllère
nous avons couvé des yeux, du coeur
vos vignes sous la neige
vos villes, vos mineurs
nous rêvions de vous écrire
des poèmes d’amour
irradiant d’argent mat
comme des quartiers de lune
qu’on aurait enfermés
dans des bouteilles à la mer
pour que les vagues les emportent
jusqu’au port de Valparaiso…
Ou, dit autrement :
votre patrie étroite
avait pris pour nous beaucoup de place,
étrange et si lointaine
elle nous parut très proche
Elle avait la forme
de notre horizon
(Nous aussi nous avons cru
à la force pacifique des volcans).
Jusqu’au petit matin radiophonique du crime
quand nous avons appris
– dans la rage de l’impuissance –
qu’une botte écrasait
la fleur rouge et boisée
du pays araucan.
Et ce fut alors
– sans en rajouter –
comme si votre terre profonde
comme une blessure
et longue comme un exil
avait plongé dans la nuit australe.
Un jour, le Chili est entré dans nos maisons
et nous avons adopté
les roses du poète aux papiers éparpillés,
les baisers du sel déposés par la mer,
la patience du salpêtre,
les forêts mouillées du Sud,
le sol lunaire du Nord,
vos trains de brume,
vos chants et vos drapeaux.
Toutes ces années
de cette histoire obscure et solidaire
où les sources faisaient leur chemin sous la terre
nous les avons vécues ensemble.

Chili-manifestation-santiago

Aujourd’hui,
c’est l’hiver à Paris,
l’été à Santiago.
Les rues à nouveau se sont mises à chanter
et des fenêtres des maisons
s’échappent des papillons.

(Cause commune)

La vie à deux

Jeudi 9 décembre 2021

P+F 39 ans mariage

Je marche dans tes pas
et tu parles par ma bouche
je regarde par tes yeux
et tu goûtes avec mes lèvres
je sens avec tes doigts
et tu entends dans mes silences
je respire par chaque pore de ta peau
et tu fais de même

Mais pourrais-je dire
que tu te promènes vaillamment
à travers la campagne ou la ville
sur mes deux pieds?
(Je serais prêt à te les prêter
mais ce n’est pas possible)
Ou que ma main est la tienne
et qu’elle répare tout ce qu’elle touche ?
(Maladroit comme je suis
pour bien des choses
je serais d’accord…)

Cette épaule où tu te poses
est à toi
et ce sein que je touche
est le mien.
Mais cette main que tu me donnes
reste la tienne.
Et ce sourire que je t’offre
avec le café du matin
est à moi.

Et si tu m’embrasses
tu ne te prives pas d’un baiser.
De cet amour que nous nous donnons
l’un à l’autre
ni l’un ni l’autre
n’est dépossédé.
(De partager la même vie
cela n’en fait pas
moins à chacun.)

P+F Manifiesta 2019

 

Le jardin public

Jeudi 30 septembre 2021

Même planète T.Sarfis FC - copie

Quelques poèmes de mon dernier livre paru chez Delga,

Le Jardin public, qui mêle réflexions sur la morale et

poèmes écrits pendant le confinement.

 Les cartes sont l’œuvre du graphiste Thierry Sarfis.


 

Plus utiles-T.SarfisFC - copie


La fin du PCUS

d’après Henri Alleg

Quand, après le coup de force de Boris Eltsine,
l’agent de police se présenta
au siège du Comité central du PCUS à Moscou
pour remettre copie
du décret officiel
portant dissolution du parti,
nul,
parmi les 2 000 permanents présents,
ne prit les armes,
ne s’insurgea,
n’entra en résistance,
ou ne décréta
l’occupation illimitée des locaux.
Chaque fonctionnaire,
sous le coup de la terrible nouvelle,
abattu,
ramassa ses affaires,
rangea ses papiers, ses gommes, ses stylos,
la photo de ses enfants
dans sa serviette
et rentra chez lui
(où plus d’un,
ce soir-là,
dut affronter
la colère de sa femme).
Ainsi,
cela même qui avait fait la force du parti,
– l’unité, la discipline –
précipita sa perte.
drapeau - copie 9

 

Mini-poèmes

Un simple virus
donne une leçon d’économie aux plus grands experts :

Faire des économies
parfois
cela peut coûter cher.


Liberté d’expression
(nouvelle définition) :

Tu as le droit de dire ce que tu penses
Mais en silence.

« Il faut faire un effort de pédagogie… »

(Le plus difficile
c’est quand les gens ont bien compris).

                                   Onzième commandement :

                                   Ceux qui sont les plus utiles

seront les plus mal payés.

L’addition

C’est quand ceux qui ne comptent pas

demanderont des comptes.

 

Méfiez-vous T. SarfisPL - copie

 

Le strip-tease socialiste
à Yves et Izabela

Dans la grande salle
du restaurant de la tour de la télèvision
sur la colline qui domine Cracovie
nous étions six amis attablés
devant un repas sans charme.
(Comme à l’accoutumée, la carte abondante
ne tiendrait pas ses promesses).
Quelques couples dansaient :
un directeur d’usine
avec sa secrétaire
ou sa femme peut-être,
de vieux paysans,
des étudiants…
Soudain,
sortant du vestiaire,
nous avons vu monter sur scène,
une employée,
tout à fait normale,
une fille ordinaire,
sans doute une bonne camarade.
Elle avait troqué sa tenue de serveuse
pour un nouvel emploi
artistique.
Lentement
elle se mit à se déshabiller
avec des gestes gauches,
malhabiles,
qui faisaient pitié.

Visiblement, cet exercice d’effeuillage
ne l’enchantait pas.
(Nous non plus, d’ailleurs.)
Le chemisier ôté,
elle ressemblait déjà
à un poulet plume
comme on en trouve
dans les rayons
du supermarché.
Sans doute un peu frileuse
elle avait la chair de poule…
Et quand elle fut
en petite culotte,
rouge de confusion,
elle se précipita
vers les cuisines.

Par la suite
à plusieurs reprises
nous avons assisté à d’autres strip-teases socialistes
de la part de dirigeants
qui se défaisaient de leurs convictions
une à une
pour séduire le public.

Mais plus ils se déshabillaient
plus le public se détournait.

couv jardin

12345...28