Poèmes sans culotte

4 août 2021

4 août

 

Poèmes ss cul couple2

 

Les tombeurs de la Bastille

Parmi les tombeurs de la Bastille
plus d’un, plus d’une
n’était pas parfait
Certains avaient même de sérieux défauts
Pierre-Antoine buvait
Gros-Georges jouait et battait sa femme
Aline aussi était portée sur la boisson
et c’était une vraie harengère
Aristide était pingre et enfermait sa belle-fille à la maison
Alix était volage
et Julie terriblement jalouse
Jean-François, ouvrier chez Revillon,
perdait tout l’argent qu’il gagnait
avec des prostituées
Jean-Baptiste maltraitait volontiers son chien
Dominique, l’apprenti boulanger, avait deux mains gauches
Marie était superstitieuse
Elle craignait monsieur le curé, croyait aux horoscopes
et courait les diseuses de bonne aventure
Petit-Jean aussi était crédule et faible
Plus d’une fois il s’était fait rouler
ou frapper par plus grand que lui
L’un était un peu bas de plafond
L’autre était estropié
La plupart ne sortaient pas de l’Université
Beaucoup même ne savaient pas lire
et leurs connaissances historiques étaient des plus limitées
Ainsi, parmi les héros tombeurs de la Bastille
plus d’un avait de sérieux défauts
(Comme ont souvent les gens du peuple,
et les autres aussi,
aujourd’hui tout autant qu’hier)

Et pourtant,
emportés par leur colère
et portés en avant d’eux-mêmes
par leur mouvement de foule
ils ont accompli la plus pure des actions
et ils ont écrit, eux, les illettrés,
l’une des plus belles pages
de l’histoire de l’humanité.

 

 Poèmes ss cul homme

 

Sur le peuple français

(contre la pédagogie de l’auto-phobie)

Le peuple français, la chose est connue,
a de sérieux défauts
Il a la tête légère
Toujours prêt à faire la fête
à boire et à manger
à danser et à s’aimer

Le peuple français,
(les gouvernants vous le diront)
a de sérieux défauts
(C’est en tout cas ce qu’ils essayent
de lui faire entrer
de force dans la tête)

Il paraît qu’il n’a pas assez
la tête au travail
Il est toujours en retard
sur ses voisins
qu’il devrait imiter
pour faire la course en tête

Mais le peuple français
n’a peut-être pas
la tête de l’emploi

Où ce peuple a-t-il donc la tête ?
Peut-être bien sur les épaules
(Le peuple français
a oublié d’être bête)

Il est réfractaire, paraît-il
et désobéissant
(En vérité
pas assez souvent)

Mais il n’aime pas qu’on se paye sa tête
Ni qu’on touche trop
à ses libertés
C’est pourquoi on dit de lui
qu’il a la tête près du bonnet

Parfois
il envoie tout valser
et jette son bonnet
par-dessus les moulins

En vérité,
il n’en fait qu’à sa tête

Il lui est même arrivé
(il ne faudrait pas l’oublier)
autrefois d’en faire tomber.

Poèmes ss cul femme2

 

Les Sans-culottes

Les sans-culottes sont à poil
Ils n’ont pas d’armée
Pas de télévision, pas de grands médias
Pas de grand parti
Pas de porte-parole, ni de leader vénéré.

Les sans-culottes
N’ont que leur bite et leur couteau
(Et encore, pas toutes)
Mais c’est assez, semble-t-il,
Pour prendre une Bastille.

Poèmes ss cul caravane

Ode de l’Âne rouge, en forme de plaidoyer pro-domo

19 juillet 2021

IMG_1002(Edited)

Oui, je l’avoue, je dois être un âne.
Pourquoi ? Parce que je suis rouge
Et que c’est, comme chacun le sait,
La couleur des ânes.

Oui, je dois être un âne,
Car je rue dans les brancards
Et je tire sur ma corde.
Nos maîtres étant par trop insupportables,
Ils me font souvent braire
Et j’ouvre grand ma gueule.

Qui me connaît le confirmera :
Je suis pourtant d’un naturel
Doux et confiant.
Mais il ne faut pas trop me chercher
Car je sais mordre.

Je suis du genre endurant
Et patient (« Patience » est même le nom
Qu’un grand poète m’a donné).
Et je peux faire montre de fidélité.
Mais, je le reconnais,
Je n’en fais qu’à ma tête.

Je ne prétends pas être libre
J’ai porté mon faix
Parfois sur des chemins escarpés
Et je continue
Mais ce n’est pas une raison
Pour me traiter d’âne bâté.

J’ai souvent l’air hésitant
Et pensif… (Je le suis).
Mais en fait je suis têtu,
C’est connu.
Et déterminé.
Quand j’ai décidé où je voulais aller
Pas facile de m’en détourner.

Je dois être un âne
Car j’ai beau avoir beaucoup marché
De moi, on ne pourra jamais dire :
« Il est arrivé ».
(Probable que je ne suis
Pas doué pour les honneurs
Ni les affaires.
Mais a-t-on jamais vu
âne s’enrichir ?)

Je n’ai pas non plus le sens
Suraigu de la propriété.
D’ailleurs, ce n’est pas moi
Qui ai planté ces piquets
Tout autour du pré.

On dit « bête à manger du foin »
C’est un propos de paysan
Qui n’en a jamais mangé.
Mais ne lui en faisons pas reproche.
(Tout le monde
N’est pas herbivore).

« Pourquoi rouge ? », me demandera-t-on.
Est-ce une aberration de la nature ?
Une rareté
Comme rouquin chez les humains ?
Une exception,
Un problème de pigmentation,
Comparable au cas des albinos?
Nenni, plutôt,
« Entraînement de milieu »
Aurait dit Aragon.
(Cela vient de mes parents
Et de mon propre cheminement
Sur les sentiers de la vie
Bordés de ronces et d’églantine).

On pense que je suis triste.
(Peut-être pas autant
Qu’il n’y paraît.
Mais à voir ce que les humains font
De la nature,
De la culture,
De leur science,
De leur société,
Et de leurs propres enfants,
Il y aurait de quoi…

Si beaucoup de mes camarades
Se contentent d’en être tristes
(Ce qui leur donne le poil gris),
Moi et les miens, nous voyons rouge.
D’où cette couleur
Somme toute naturelle.

« Doctus cum libro
Asinus, sine »

Disait mon bon maître,
Qui se moquait volontiers
De sa propre espèce.
Mais voilà que pour les petits comme pour les grands
On a remplacé les livres par les écrans…
Qu’allons-nous devenir ?

(Il faut dire que les livres eux-mêmes
Censés nous rendre plus savants
Le plus souvent
Ne servent qu’à divertir…)

Bien sûr, il est rare
Qu’on me tende un micro.
Je ne fais pas partie
Des experts patentés
Que la télé invite
Quelque soit le sujet.
Etant toujours d’accord
Avec l’autorité
Ils peuvent avec autorité
Parler de tout à tout propos.
Même de ce qu’ils ignorent.
Et leur avis
Est des plus avisés.

Moi, je dois être un âne
Car, comme le dit le philosophe,
« Je sais que je ne sais rien ».
En tout cas très peu…
Et le peu que je sais
Je préfère le partager
Avec mes congénères.

Déjà en son temps
Hugo sur ces sujets
Et sur mon propre compte
Avait dit des choses décisives.

N’étant pas très bavard
Et encore moins vantard
Je n’ajouterai rien
Et m’arrête donc là.

Le 10/07/2021
ane rouge

La mort de Tycho Brahé

7 juillet 2021

Tychi Brahe

Il est des hommes qui brillent dans la vie par leurs actes
et certains – parfois les mêmes – brillent aussi par leur mort.
Tycho Brahé, l’astronome danois, fut de ceux-là.
Disciple de Copernic, il eut pour disciple Kepler.
On lui doit de grands progrès dans l’observation du ciel
pour laquelle il se dota de savants instruments.

Ayant suivi en 1572 le passage de la Supernova
il remit en cause l’idée d’Aristote
de l’immobilité du monde supra-lunaire ;
mais il croyait à celle du monde sublunaire.

Tyco brahé théorie

Il avait prévu le passage de la Grande Comète de 1577
mais il croyait encore que la Terre
se tenait sagement au milieu
de l’Univers
(conformément à la loi de Dieu).

Tycho Brahe

Lors d’un duel avec un lointain cousin
qui s’était moqué d’une de ses prophéties
celui-ci lui coupa le nez.
Il dut porter ensuite un appendice artificiel
fait, dit-on, de cuivre et d’or.
(Par quoi il brillait en société
comme ses chères étoiles dans le ciel).

Mais sa mort fut plus remarquable encore.
Alors qu’il vivait près de Prague,
l’empereur Rodolphe II l’invita un jour
à voyager avec lui dans son carrosse.
Le voyage était long
et forte son envie de pisser…
Il n’osa pas demander qu’on arrêtât le carrosse
et mourut dans la nuit
d’une crise d’urémie.
Tycho Brahe et nez

Ainsi a fini
ce savant observateur du monde céleste
qui observait trop les convenances terrestres
et avait pour les astres
princiers
trop de respect.

le 30/12/2020

Un jour d’automne à la Samaritaine

28 juin 2021

Souvenir de la Samaritaine avant sa rénovation.

Poème publié dans mon recueil « La Fabrique du bonheur », Écrit des Forges, 2000

Pigeon rouge

En vain, je t’ai attendue toute une après-midi
À la Samaritaine, assis sur la terrasse.
Longtemps, comme à la hune d’un bateau,
J’ai regardé la flamme dans le vent
D’un fanion qui faseye.
En altitude,
Les nuages qui vont, courant dans le ciel jaune
Ont l’air plus solitaires.
À la hauteur des têtes,
S’envolent des moineaux.
Des Invalides,
J’aperçois le dôme que le soleil redore.
Près du Pont-Neuf une péniche
Comme en dormant très lentement se traîne
Et lance un cri très triste de sirène.
Les bruits de la ville montent vers moi
Humblement et se perdent.
Je domine Paris,
Et sens que m’envahit
La torpeur si coutumière aux dieux.
J’ai là, sous les pieds, tout un grand magasin
Comme une ruche immense bourdonnante de femmes,
De mots caressants et joyeux, chuchotés et câlins,
De tissus que l’on touche et qui s’offrent, soyeux…
Et bientôt me saisit
Une ancienne et toujours vive tentation
Pour nous autres, les Terriens :
Je sens que dans le dos me poussent des ailes ;
Je me change en ange…
Mais personne n’y prend garde,
Pas même à la table voisine
Les jolies touristes qui boivent leur thé brûlant sans un regard pour moi.
Emmitouflé dans le manteau de ton amour
J’écris et je t’attends.
Je suis en ce moment un poète céleste
Et frigorifié
Avec, pour tout compagnon,
Un café-calva, un papier
Et un bout de crayon.
Mais voici que le froid qui commence à m’engourdir
M’éclaircit l’esprit :
« Le monde, me dis-je,
Pris d’une soudaine inspiration –
Il ne faut pas seulement
Le regarder d’en haut ! »
Alors
Touché par cette révélation
je change d’altitude
Et
les bras serrés au corps
Les mains dans les poches bien enfoncées
Avec application
J’observe à mes pieds le manège des pigeons,
Compères claudiquant, silencieux et modestes
À qui nous ne prêtons guère attention.
Le tiers-monde des oiseaux,
Petit peuple des laissés-pour-compte,
S’aventure entre nos tables
Quêtant des miettes à picorer…
Je les observe et me dis :
Que ferions-nous
Si,
D’aventure
dans la nuit,
Les pigeons de Paris se changeaient en géants
Et marchaient dans la rue
Pour réclamer leur dû ?…
Pendant que, mâchonnant mes vers,
Je médite intensément
Sur cette question
Plus importante qu’il n’y paraît
Le jour – qui, visiblement
N’en avait rien à faire –
S’en va
Et toi,
Tu ne viens pas…
Il se fait tard,
Nous nous sommes manqués.
(Peut-être es-tu déjà rentrée ?…)
Ah ! Ne me dis pas ce soir
Sur un ton de reproche :
« Où étais-tu passé ?
Pourquoi ne m’as-tu pas cherchée ? »
Ne me dis pas que toi aussi tu étais là
Que tu t’impatientais
Deux étages plus bas…
Moi,
Je t’attendais,
J’étais dans les nuages
Et j’y ai pris froid.

samaritaine

Fable tirée de l’histoire de la République de Weimar

14 juin 2021

rot front

Dans les rues de Berlin défilent
Menaçantes, les chemises brunes.
Et face à eux, marchent au pas
Les bataillons du Rot Front

Le poing levé, contre les Nazis
Et le ministre social-démocrate, Carl Severing,
Qui veut mettre hors-la-loi le Rot Front.
(On sait qui tira les marrons du feu).

Entre Severing et le Rot Front
Ce n’était pas une petite question d’ego,
De défense d’intérêts d’appareils,
De prééminence ni de concurrence
Électorale. Entre les sociaux-démocrates
Et le Rot Front, il y avait le sang
De Karl Liebknecht et celui de Rosa.
Leurs raisons étaient des plus sérieuses.
(Pourtant, nous savons
qui tira les marrons du feu).

Le 30/V/2021

Rot Lux et Liebkn

La Fontaine de Jouvence

6 juin 2021

Fontaine

Le temps qui passe nous fait offense
Mais notre amour semble durer.
Serait-ce donc affaire de chance
Ou d’humaine nécessité ?

De grand vouloir aussi, je pense
Le long désir de s’entr’aimer
Nous fait sourciers de transparence
À l’antre obscure des baisers.

Il faut pour faire l’amour durer
Le feu, la fougue et la patience…
Aimer de toute éternité
Nous est Fontaine de Jouvence.

Le 9/V/2021

 

Rejoignons la conjuration des coquelicots

24 mai 2021

Conjuration coquelicot

Ode à la joie

Sonnons les cloches à toute volée
à ce vieux monde qui ne l’a pas volé
à ses chasses gardées, ses gardes-chasse
ses frontières, ses barbelés, ses policiers,
son esprit de clocher, ses propriétés privées
qui privent tous les autres de propriété
sa course à la richesse qui nous appauvrit
son deux poids deux mesures qui n’a plus de mesure
sa démesure et son acharnement
à creuser sa tombe pour nous y enterrer
En marche, sautons du train qui fonce vers l’abime
le sang et les larmes
Tirons le signal d’alarme
Tirons notre révérence
Décrétons les vacances
De printemps, d’été
D’automne et d’hiver
Mettons le dimanche
Dans le lundi
La mer à la montagne
La ville à la campagne
Et la vie en roue libre
Prenons la clef des champs
Et la poudre d’escampette
Jetons notre bonnet
Par dessus les moulins
Montons sur nos grands chevaux
Et volons de nos propres ailes
Prenons le large
Prenons la porte
Prenons l’air et gardons-le
Pour l’offrir à tous ceux qui en ont besoin
Mettons le feu aux poudres
Et les quatre fers au feu
Battons le tambour
Battons la générale
Et le général
Décapitons le capital
Faisons banquer les banquiers
Dressons la table du grand banquet
Qu’elle se dresse elle-même sur ses quatre pattes
Et qu’elle mette les bouchées doubles
Demandons la lune
Et partageons sur Terre
Notre place au soleil
Offrons-nous un déjeuner de soleil
Et faisons-le durer.

Ode pour un œillet rouge

16 mai 2021

Oeillet rouge

Il y a si longtemps que les hommes
comparent les femmes à des fleurs
que peut-être elles en ont assez
et les fleurs aussi…
(Pour nous autres, les hommes, ce n’est pas pareil…
Peut-être que nous aimerions bien de temps en temps,
qu’on nous écrive aussi des poèmes d’amour).
Pour notre excuse
disons que si les fleurs sont les productions
les plus évoluées du règne végétal
les femmes le sont
de l’humanité…

Alors,
comme nul ne peut prétendre interdire aux poètes
d’avoir recours aux fleurs
je te nommerai « œillet »
(le simple œillet qui n’a rien de simplet,
l’œillet sans prétention qui n’est pas sans histoire).
Non pas l’œillet rose
né, paraît-il, des larmes de la Vierge
pour son fils crucifié,
Ni l’œillet blanc de l’amour et du deuil éternels,
Ni même le délicat et frêle « œillet de poète »
qu’il t’est arrivé de me rapporter…
Non, tu es mon œillet rouge,
l’œillet de la joie, de la douleur et du sang,
l’œillet de la colère et des espérances ouvrières,
l’œillet du Premier mai,
l’œillet des communards massacrés,
celui que nous offrions quand nous étions jeunes
à la sortie des usines et des lycées,
l’œillet clair, l’œillet sombre qui pousse
dans l’intimité obscure de la terre,
l’œillet têtu et entêtant au caractère fort
et à l’odeur poivrée,
l’œillet délicat aux pétales ciselés
l’œillet à la jupe retroussée, multiple et renversée
qui fait valser les cœurs et chambouler le jour,
l’œillet qu’au revers de nos vestes nous porterons toujours,
le rouge œillet
de la liberté de la révolution.

Le 25/04/2021

enfant révo oeillets

Le Massacre des innocents

16 mai 2021

Nicolas_Poussin-Le_massacre_des_Innocents

Il est dit dans l’Évangile selon Saint-Matthieu
Qu’Hérode, réputé pour sa cruauté,
Ayant appris qu’un nouveau roi allait naître en Judée
Fit massacrer dans Bethléem,
Tous les enfants de moins de deux ans.

Aujourd’hui, les historiens affirment
Que le massacre n’est pas avéré.
Car pas documenté
(Les réseaux sociaux n’existaient).

Mais ce qu’il l’est
C’est qu’un nouvel Hérode est né en Judée.
Il s’appelle Netanyahou.
Craignant que le peuple de Palestine
Un jour devienne son propre roi,
Partisan de la solution finale,
Il fait massacrer ses enfants dans Gaza.

Et à Paris règne un Ponce Pilate
qui renvoie dos à dos assassins et victimes.

Enfant palestine char

En Colombie, il ne se passe rien

16 mai 2021

Colombie2

A suivre les informations du Vingt heures
En Colombie, il ne se passe rien
Le virus continue de sévir un peu partout sur la planète
Et on parle de déconfinement
A suivre les informations du Vingt heures
Tu apprendras que d’après les laboratoires
Mettre les brevets des vaccins
À la libre disposition de tous les pays
N’est pas une bonne idée
Et selon les informations du Vingt heures
En Colombie, il ne se passe rien
À part ça rien
Des inquiétudes pour le chiffre d’affaires des restaurateurs
La reine d’Angleterre est toujours vivante
En Colombie, il ne se passe rien
Sans doute parce que la Colombie doit se situer
Dans un autre hémisphère où les peuples se soulèvent
Quelque part à la surface de la face cachée de la Terre
Celle qui n’est pas éclairée par le soleil
De nos grands médias.

Le 8/05/2021

 Manif Colombie 2021

En Colombia no pasa nada

Según el noticiero de las veinte horas
En Colombia no pasa nada
El virus continúa atacando por todos lados el planeta
Y se habla de des confinamiento
Según el noticiero de las veinte horas
Te enterarás que según los laboratorios
Poner las patentes de las vacunas
A la libre disposición de todos los países
No es una buena idea
Y según las informaciones de las veinte horas
En Colombia no pasa nada
Aparte de esto nada
Inquietudes por el volumen de ventas de los restaurantes
La reina de Inglaterra está siempre viva
En Colombia no pasa nada
Sin duda porque Colombia está ubicada
En otro hemisferio donde los pueblos se sublevan
En alguna parte de la cara oculta de la Tierra
Aquella que no está iluminada por el sol
De nuestros grandes medios.

Traduction de José Muchnik

12345...37